Google SEO – Apogeo Publisher

Être trouvé et émerger parmi les résultats d'une recherche est devenu une discipline complexe et articulée qui touche tous les composants d'une page Web, mais concerne également les plates-formes utilisées pour la publication, la distribution, la gestion et l'analyse de contenu. URL simple vers Google Analytics, en passant par le CMS et les algorithmes qui régulent les SERP et les mécanismes d’indexation.

Marco Ziero a rédigé un guide moderne sur le référencement, une photographie de l'état de la technique dans ce domaine d'activité, et a accepté de répondre à nos questions à cet égard.

Apogeonline: Je pense que très peu d’entre eux ont une idée claire: évidemment, que se passe-t-il lorsque le robot Google visite une page pour l’indexer?

Marco Ziero: Sans trop entrer dans les détails techniques: visitez une page Web et vérifiez qu’elle ne se trouve pas déjà dans les archives (si tel est le cas, vérifiez le statut de la mise à jour du contenu), indexez-la (enregistrez-la dans son propre espace), comprenez-la aussi quels sont les facteurs que nous connaissons dans le référencement et quand il pense que, face à une recherche, la même chose peut être utile, le propose parmi les résultats de la recherche en l'insérant dans un classement qui, selon lui, va du meilleur au meilleur « le pire. »

J'en profite pour un détail souvent négligé: même si la distance entre les résultats dans le classement des résultats est graphiquement identique, ce classement ne rapporte pas d'informations importantes pour vraiment comprendre le contexte: la distance algorithmique entre un résultat et l'autre.

C’est pour cette raison que, travaillant dans le domaine du référencement, je pouvais passer de la position 8 à la position 4 en quelques interventions et en peu de temps, mais que je pouvais passer des mois et des mois à passer de 4 à 3.

De plus, les résultats personnalisés (Universal Search) ont rendu ce concept de classement encore plus menteur, qui reste en tout cas central dans l'activité de Google mais moins dans celui du référencement, car le classement lui-même est adapté à la taille d'une personne, par exemple: emplacement géographique, recherches passées, historique de navigation, appareil utilisé dans la recherche.

Un courant de pensée pense que le référencement est une activité qui a perdu son sens et qui compte avant tout pour créer de bons contenus, sans travailler expressément pour le positionnement. Comment vrai ou faux?

Pour dire si c'est vrai ou pas, il faut d'abord comprendre à quel point nous voulons nous ancrer dans le passé.

Une vérité incontestable est que le référencement a changé.

D'autre part, il ne pouvait en être autrement, le contexte ayant changé: notre façon de regarder et, par conséquent (attention à la consecutio temporum), également Google.

Limiter le positionnement à son vrai rôle est absolument correct: c'est un moyen, pas une fin.

Et nous venons d'un passé où, au contraire, la position était considérée comme le but ultime (sinon, les contrats ne sont pas expliqués, même lorsque l'on garantit même une position spécifique sur les pages de résultats de Google).

Veillons donc à nous démarquer des approches et pratiques typiques du référencement visant à se positionner et à accueillir tout ce qui le décrit comme un moyen, très important dans certains cas, pour atteindre des objectifs et déplacer le chiffre d'affaires (ou valeur).

Je fais tout le travail de référencement et puis tout à coup une étape de Google Dance se produit, l'algorithme d'évaluation change, et mon travail est devenu inutile en tout ou en partie. Est-ce vrai?

Honnêtement non. Si un site Web n'a jamais adopté de pratiques à la limite de ce qui pourrait être fait, ces fluctuations n'existent pas.

Je travaille chez MOCA depuis dix ans et, compte tenu des rotations, je peux dire que nous sommes dans un groupe d'environ 500 projets de référencement gérés: je n'ai jamais vu ce phénomène.

Par contre, dans le passé, j'ai travaillé sur quelques projets – hors de la sphère professionnelle – sur lesquels je voulais obtenir le maximum rapidement et avec le minimum d'effort, donc le recours conscient (consciemment) à des pratiques qui n'étaient pas trop sûres: le phénomène que vous décrivez s'est produit dans 100% des cas.

Votre livre sert-il uniquement à un professionnel? Ou même un blogueur passionné qui cherche une plus grande visibilité mais ne dispose pas d'un service de référencement ou de fonds importants à investir?

A l'occasion de ce livre, j'ai essayé de répondre à quatre objectifs:

Partagez les bases du sujet mis à jour jusqu'en 2017, en donnant le rôle qui convient aux facteurs qui, dans certains cas, ont toujours existé mais ont vu leur poids changer au fil du temps.
Intégrer les réflexions typiques faites dans une perspective de référencement dans un schéma plus large, afin de mieux unifier les points.
Essayez de transférer une approche éthique et axée sur les personnes (avant Google).
Fournir les outils pour dialoguer avec des personnes qui, comme moi, vendent ce service car, étant un sujet relativement jeune (Internet fonctionne à la vitesse de la lumière mais pas nécessairement les secteurs dans lesquels elle est appliquée), nous en avons le fardeau aussi pour enseigner en faisant un peu de culture. Au lieu de cela, il y a ceux qui en profitent car ils sont plus enclins à remporter un contrat que de générer de la valeur.

L'état de l'art du positionnement sur Google.

Avoir un site en https est une bonne pratique, peu importe le référencement. D'autres demandes de Google, telles que l'adoption de leur protocole AMP, affectent les résultats du référencement ou sont-elles, au moins maintenant, sans objet?

Lorsque l’adoption d’un protocole devient officiellement un facteur de positionnement, Google s’engage à le communiquer par tous les canaux et, avec un peu de patience, il faut aussi comprendre que cette chose ne se produit pas.

L’adoption de HTTPS est officiellement un facteur de positionnement.

D'autres technologies, telles que les pages mobiles accélérées dans ce cas, ne sont plus pertinentes aux fins de l'algorithmique (du moins dans un premier temps).

Il y a longtemps que l'on discutait de la nécessité d'une version mobile du site sous peine de punir Google. Est-ce arrivé? Dans quelles proportions?

Ici, il y avait un peu de mauvaise information. Allons dans l'ordre.

En ce qui concerne les personnes et leurs habitudes de navigation, avoir un site mobile est une bonne opportunité mais ce n’est pas une étape obligatoire (tout doit être soumis au concept de coût / opportunité).

Le communiqué de presse de Google faisait uniquement référence aux recherches sur mobile ou, entre un site mobile et un site non mobile, si la recherche devait se faire sur un appareil mobile, Google aurait privilégié le premier.

Les sites qui ont commencé à enregistrer des pertes de trafic – c'est déjà arrivé – sont le résultat d'autres sites qui, au contraire, les ont dépassés en termes de visibilité (parce qu'ils sont compatibles mobiles). La page de résultats Google (SERP) est une courte couverture: si quelqu'un monte, quelqu'un d'autre tombe.

Mais il est faux de parler de punition. Si quelque chose, c'était une récompense pour ceux qui ont suivi les instructions.

Ici, j'en profite pour une étape importante: Google donne des indications sur la manière dont les choses doivent être faites, mais si je décide de ne pas les suivre, je ne serai pas pénalisé pour cela; Je néglige simplement les opportunités. Pour être pénalisé, il est nécessaire de suivre les chemins que Google a explicitement classés comme interdits.

Les personnes que j'ai rencontrées dans le domaine du référencement sont divisées en deux groupes: ceux qui travaillent "contre" Google, avec des appareils qui ont pour objectif de confondre l'algorithme afin d'obtenir des avantages qu'on ne s'attend pas à dire, et ceux qui travaillent "avec" Google, ce lien. pour fournir une page très attrayante pour l'algorithme. Que dites vous

Cela dépend du travail et des objectifs.

Je connais le premier type de référencement, qui sont orientés vers le profit (vendant peut-être des infoproduits) et ne souhaitent pas créer de marque; une variante de leur travail pourrait simplement être exécutée sur le fil du rasoir. Seulement vous devez vous mettre dans l'ordre des idées que vous ne cesserez jamais de courir sur ce fil de ce rasoir.

Lorsque je travaille pour le compte de tiers, en particulier d'entreprises qui ont une histoire derrière eux, je ne doute pas de leur position.

L'utilisation des outils Google offre-t-elle des avantages par rapport à l'utilisation d'outils indépendants?

Non, je dirais non.

Notez également qu'il existe des outils qui ne s'appuient pas sur la même base d'informations que Google et exécutent des fonctions que ceux-ci ne fournissent pas.

Lorsque vous travaillez avec des outils tiers, même ceux qui simulent le comportement de l'araignée de Google, vous devez toujours garder à l'esprit qu'il serait erroné de transposer la réalité aux SERP autant que ces outils l'indiquent. Les SERPs, en Italie, appartiennent principalement à Google, alors ce qui se passe réellement chez lui, c'est qu'il ne le connaît que "lui".

Quel est le mythe le plus immédiat à ignorer par rapport au sentiment général concernant le référencement?

Même s'ils me font sourire:

Il faut payer Google pour être le premier (bien entendu, Google AdWords dépasse le cadre de cette réflexion) et il existe des corrélations entre les deux canaux: vous n'avez pas besoin d'être un annonceur (dépenses élevées) sur Google AdWords pour obtenir un "push" du côté du référencement.
Que les nombreuses visites sont un effet d'être le premier et non une cause pour le devenir.

Le référencement favorise certaines pages au détriment des autres et souvent, au lieu de la vérité, la recherche de Google montre simplement sa sélection. A la lumière de l'actualité, avez-vous des considérations à prendre en compte?

J'omets les questions déjà résolues d'un point de vue juridique (par exemple, lorsque Google a décidé de donner beaucoup plus de visibilité à ses produits – par exemple Google Books – au détriment de ses concurrents).

Google est un média. Liez une question à la source d'informations qui doit contenir la réponse associée. J'utilise le conditionnel car, au fil des ans, il est devenu très efficace dans ce rôle (on peut dire que c'est le meilleur de tous), mais ce n'est ni parfait ni infaillible.

On pourrait aussi lui donner une responsabilité, mais je pense que la responsabilité principale incombe à la personne qui écrit le contenu et qui gère la visibilité sur le SERP.

Si nous nous référons plutôt à la question de Google Shopping, il s’agit bien d’un thème d’interprétation pas simple: d’une part, c’est son chez-soi et il est en passe de devenir le meilleur moteur de recherche au monde qu’il ait soutenu et soutient toujours les investissements; mais ayant acquis une position de domination, il convient d'agir comme le prévoient les lois, afin de préserver un équilibre économique.

Note

Cliquez un nb d’étoiles pour noter

Note moyenne 0 / 5. Nb de votes 0

Aucun vote pour l'instant! Soyez le premier à noter ce post.

fr_FRFrench
fr_FRFrench